POLEN ES CASI POEMA – ANTONIA TORRES

LE POLLEN EST UN QUASI-POEME


As we lie down to sleep the world turns half away
through ninety dark degrees 
Elisabeth Bishop


Le campement se lève avec la fumée d’un petit feu :
le jour a commencé froid
Les pensées obscures de la nuit antérieure
s’élèvent avec le feu et la brume


Le jour a commencé serré comme un nœud
les rayons fibreux du soleil l’ont défait
ils l’ont découpé comme un bout de viande
qui reste ouvert et posé là
un souvenir une collation
sur une table grise et lavée par la pluie


Le jour a commencé humide
un coq l’a réchauffé avec sa prière


Des gaillards sacrément forts
sautent dans l’eau comme des bêtes  
nubiles obscurément beaux et sauvages  
leurs cris alarment la petite foule 
troublent le repos des bourgeois


leurs rites baptismaux
leurs chants illisibles ont tranché le jour
l’ont coupé en deux


ils viennent des montagnes de la rivière haute
ils viennent de régions incertaines au milieu du jour
ils sont escamoté le calme du voisinage
la consolation des justes


le jour a commencé froid
des enfants l’ont ouvert et l’ont recouvert de pollen


Antonia Torres 

Umzug, Ediciones Cuarto Proprio, Santiago de Chile, 2012
Traduction : Viviana Méndez y Bastien Gallet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s