(l’auteur)

Juan Luis Martínez est un poète et artiste visuel chilien né en 1942 à Valparaíso et mort en 1993 à Villa Alemana. Jeune garçon rebelle ayant abandonné très tôt les études, il se forge en autodidacte une vaste culture littéraire sous la double influence de la poésie française et du nonsense anglais. S’il fréquente dès sa jeunesse les grands noms de la poésie de son pays, il n’en restera pas moins toute sa vie une figure discrète, construisant seul, patiemment, une des œuvres les plus singulières de la très riche tradition poétique chilienne. Chez lui, la poésie se réalise moins par le vers que dans un dialogue entre texte et image s’incarnant dans l’objet livre, qui doit dès lors être perçu comme une œuvre plastique à part entière. Il en publiera deux de son vivant, qu’il éditera lui-même, La nueva novela (1977) et La poesía chilena (1978). Son esthétique du collage se joue des registres et des références, se penchant avec un humour pince sans rire sur les abîmes de la métaphysique en parodiant le ton docte des manuels scientifiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s